Nos contributions

CONTRIB. #30

L’emploi présentiel ne fera pas l’avenir d’une métropole.
La mutation de l’économie productive vers l’économie de la connaissance, de l’information et de la production immatérielle a radicalement changé la nature des fonctions exercées sur les territoires. Les fonctions de production industrielle et agricole ont perdu régulièrement des effectifs au fil des délocalisations, des rachats entrainant les transferts de sièges, des crises économiques.
Certes des fonctions métropolitaines plus qualifiées se sont développées issues des mécanismes d’externalisation d’activités de services B to B : conception-recherche, prestations intellectuelles, production culturelle ou de gestion, intermédiation et commerce inter-entreprises. Elles expliquent largement la croissance de l’emploi de la sphère dite productive.
Néanmoins il ne saurait y avoir d’emploi présentiel durable sans un tissus productif métropolitain que cela soit dans le domaine de la santé, des services aux particuliers ou de l’administration. L’emploi non-présentiel, celui dont les débouchés sont liés aux marchés dans une compétition productive globale, perd en revanche régulièrement du terrain, et pourtant un emploi industriel préservé ou créé reste le meilleur moyen de faire vivre demain une garde d’enfant, un expert-comptable, un notaire ou un chirurgien…
Il convient de renforcer et de soutenir l’emploi industriel et la recherche afférente pour notre avenir commun.

par JP Bolle

Pour contribuer à ce manifeste et participer à la refondation de notre métropole du Grand Nancy : c'est par ici !

    Votre proposition

    Civilité